Trésors du patrimoine

Trois nouveaux orgues toulousains classés Monuments Historiques

Les délibérations sont arrivées : trois nouveaux instruments ont rejoint la liste des orgues classés Monuments Historiques.

Les orgues de tribune de l’église St-Jérôme, de l’église St-Exupère et de l’église de St-Martin-du-Touch viennent en effet de recevoir la précieuse protection : un classement sur la liste des Monuments Historiques, pour leur buffet et pour leur partie instrumentale.
Certains instruments, en effet, sont classés uniquement pour leur buffet (orgue de tribune de la cathédrale St-Étienne à Toulouse par exemple) ou pour leur partie instrumentale (orgues de tribune de ND de la Dalbade, de St-Sernin, de ND du Taur…).

Ces orgues seront dorénavant entretenus conjointement par la Ville et la Direction Régionale des Affaires Culturelles. Toulouse les Orgues travaille étroitement avec ces deux institutions partenaires pour les accords, les petits travaux des instruments et la réflexion sur les grandes opérations.
L’association Toulouse les Orgues fait ainsi le lien entre les administrations, le technicien conseil, les organistes et les facteurs d’orgues, bien-sûr !

> L’orgue de Saint-Martin du Touch

Cet orgue construit en 1865 est le témoin, devenu assez rare, du travail du facteur d’orgues Prosper-Antoine Moitessier de Montpellier. ©Thierry Semenoux

> L’orgue de l’église St-Jérôme

L’orgue de tribune de Saint-Jérôme est le seul instrument de Maurice Puget conservé à Toulouse proche de son état premier. Il témoignage du talent d’harmoniste du dernier représentant facteur d’orgues de la dynastie toulousaine des Puget. C’est avec les moyens de son époque, tout son savoir-faire, que Maurice Puget a achevé ainsi le parcours très riche des facteurs toulousains depuis la moitié du XIXe siècle.
©Patrick Galibert

> L’orgue de St-Exupère

Cet orgue témoigne de la transformation par les Puget d’un orgue de Poirier et Liebernecht. Entretenu depuis plusieurs années par Jean Daldosso, l’orgue a retrouvé son caractère particulier de transition du romantique vers le symphonique.
©Thomas Guillin