in–SENSO/ODILE GHEYSENS

in-SENSO est une compagnie de danse contemporaine, danse aérienne et tango argentin. Créée en 2004 par Odile Gheysens, la compagnie se constitue autour de spectacles mêlant des techniques comme la danse contemporaine, la danse verticale le tango argentin. Il s’agit avant tout d’une envie d’explorer le mouvement dans sa relation au sol et à l’apesanteur. Les écritures aériennes enrichissent le travail envisagé en danse contemporaine car elles nourrissent une réflexion sur la manière d’utiliser les appuis et la densité du corps. À travers de multiples explorations, un processus d’analyse du mouvement dansé, envisagé comme un état d’être du corps, permet de travailler sur les langages d’expressions de nos perceptions.

Odile Gheysens rencontre Éric Lecomte/Cie 9.81 lors de sa découverte de la danse verticale impulsée par Roc in Lichen. Depuis 2005, ils ont collaboré autour de l’écriture de SUSPEND’S, SOGLISS et COLéOMUR, pièces chorégraphiques de voltige et d’apesanteur présentées sur des façades d’immeubles, des monuments historique, des éoliennes, en milieu naturel.... Leur recherche commune explore l’animalité qui circule en nous, l’état de l’enfance et du jeu, le temps de la nature, l’écoute, l’observation,

En 2007 elle crée un duo contemporain, AKX, avec Grégory Bonnault sur les thèmes de la marche et du cercle en déjouant les codes du tango argentin. Ce duo obtient le premier prix de la 13e édition du Concours Chorégraphique « Les Synodales ». Puis elle reprend le thème du tango contemporain dans SURFACE avec Simon Mayer.

La danse d’Odile Gheysens est indéniablement imprégnée et soutenue par la musique. Découvrir le pianiste Rami Khalife fut une révélation. Rami Khalife a déjà composé plusieurs musiques originales pour Odile Gheysens ; “4104” pour accompagner une installation lumières de Koert Vermeulen et la danse aérienne d’in-SENSO lors de la Fête des Lumières à Lyon en décembre 2006 et AKX, musique originale pour un duo de danse contemporaine / tango argentin. CHAOS, danse/piano/lumière, création 2010/11 représente une intense et étrange relation entre les protagonistes...

De même, l’enjeu de la lumière comme sculpture de l’espace, devient une évidence lors de sa rencontre avec le concepteur lumière Koert Vermeulen. Les éléments tels que la vidéo, le design et les « vêtements à danser » comme ceux que proposent Faye Formisano sont des composants tout aussi forts et indispensables au sentiment de la diversité et de la pluralité de l’être qui fait naturellement partie de ce que la chorégraphe souhaite faire partager au spectateur. Depuis 2007, elle danse pour la compagnie Moussoux-Bonté dans les spectacles KHOOM et LES CORPS MAGNÉTIQUES.