Stéphane Bois

Après de solides études pianistiques couronnées par un premier prix en virtuosité au Concours National de piano, Stéphane Bois est admis au Conservatoire National de Région de Toulouse en 1991 dans la classe d’orgue de Michel Bouvard. Stéphane Bois remporte, en 1994, après trois années d’études, la médaille d’or à l’unanimité et avec les félicitations du jury. La même année, il réussit le concours d’entrée au Conservatoire National Supérieur de Musique de Lyon dans la classe de Jean Boyer et y obtient en 1997 son Certificat d’Études Supérieures d’orgue avec la mention très bien à l’unanimité du jury.

Organiste titulaire de la cathédrale Saint-Etienne de Toulouse jusqu’en 2004, Stéphane Bois est désormais titulaire du grand orgue Link de la cathédrale de Mirepoix (Ariège). Il partage ses activités d’enseignement de l’orgue à Toulouse entre les classes de l’Institut de Musique Sacrée, du Conservatoire à Rayonnement Régional et de l’Institut Supérieur des Arts de Toulouse. Vice-président chargé de la direction artistique de l’Association des Amis de l’orgue de Mirepoix, il œuvre pour la sauvegarde et la réhabilitation du Grand Orgue Link de la Cathédrale Saint-Maurice.

Il est invité à donner des récitals tant en soliste qu’en formation de chambre, comme pianiste ou organiste, dans de nombreux festivals internationaux, en France et à l’étranger.

S’intéressant à la musique de son temps, Stéphane Bois a créé en 1998, à Toulouse, Pour un vitrail imaginaire pour grand orgue ou plus récemment un concerto pour orgue et orchestre, deux œuvres du compositeur Jean-Luc Defontaine dont il est le dédicataire.

Soucieux d’une interprétation authentique et réfléchie s’appuyant sur la recherche musicologique, il a notamment réalisé une étude sur le Clavier Bien Tempéré de J.-S. Bach publiée par la revue L’Orgue.

Il a également réalisé en 1998 un disque en soliste, Autour de la Fantaisie Romantique, consacré à des œuvres maîtresses de Boëly, Saint-Saëns, Liszt et Brahms sur le grand orgue Gérard Bancells de l’Institut Catholique de Toulouse, édité sous le label Coriolan, unanimement reconnu par la critique. Son dernier enregistrement discographique réalisé sur le Grand Orgue historique Link de la Cathédrale de Mirepoix vient de se voir décerner le « Coup de cœur » du Magazine de l’Orgue, la plus haute distinction discographique de la revue bruxelloise.

Lors du Festival international Toulouse les Orgues, en 2009, il crée sa transcription pour orgue du Final de la Quatrième symphonie de Johannes Brahms, prestation remarquée sous la plume de Michel Roubinet (« transcrit et restitué par Stéphane Bois avec une ampleur et une acuité confondantes. »)