Festival 2015

Edito : L’orgue, fabuleuse machine musicale

PNG - 40.3 ko
© Thomas Guillin

20e Festival international Toulouse les Orgues
L’orgue, fabuleuse machine musicale
Des abysses marines du capitaine némo aux voûtes gothiques des cathédrales, l’orgue fait vibrer les espaces les plus vastes ! Le plus grand, le plus puissant, le plus complexe de tous les instruments est une machine fantastique qui, depuis l’Antiquité, stimule l’imaginaire des musiciens et l’inventivité des ingénieurs. Le génie des hommes apparaît bien sûr dans l’entrelacs des voix que Bach tisse dans l’Art de la Fugue, mais aussi dans la mécanique d’horloge qui donne vie à la forêt de tuyaux derrière le buffet de l’orgue...

Cette 20e édition du festival veut faire entendre plusieurs facettes de l’instru- ment-machine : l’orgue qui se prend pour un orchestre, avec des transcriptions de concertos, l’orgue caméléon, qui imite les instruments ; l’orgue qui se la joue jazz et passe à l’électronique, l’orgue et la belle famille des machines sonores étonnantes : le glassharmonica, le piano-pédalier et... l’iPad !

Mais les machines ne seraient rien sans ceux qui les mettent en mouvement. des chanteurs de la messe à 53 voix de Biber à l’extravagant Cameron Carpenter, de Bernard Lubat à olivier Vernet, de l’orchestre du Capitole aux étranges Lunaisiens, des musiciens de toutes les expériences ont accepté, le temps d’un festival, de faire résonner à leur manière tous les claviers et les tuyaux de Toulouse !

Yves Rechsteiner,
directeur artistique du Festival international Toulouse les Orgues


Découvrez l’ensemble du programme 2015
Pour revoir la galerie photos du Festival 2015, cliquez ici
Retour vidéo sur certains des temps forts du Festival 2015