Aude

Présentation

Orgue de la collégiale Saint-Martin

P. de Montbrun (1742)
J.F. Lépine (1772)
Restauré par P. Vialle (1994)

3 claviers et 38 jeux


Au XVIIIe, Pierre de Montbrun construit non seulement l’orgue avec toute sa mécanique, mais aussi le magnifique buffet qui fait penser à ceux de Saint-Just de Narbonne, Cintegabelle, et Sainte-Cécile d’Albi construits par Moucherel. Les sonorités de l’orgue sont, comme à Saint-Nazaire de la Cité de Carcassonne, ou Saint-Pons-de-Thomières, en rapport avec l’esthétique très française de cette période encore très baroque. Les jeux d’anche comme la trompette, la voix humaine, le clairon ou le cromorne sont des jeux à sonorités claires et incisives, très contrastés. L’organiste dispose donc comme un peintre d’une palette de couleurs très vives, parfois surprenantes, qu’il peut opposer aux jeux de bourdon ou de montre, plus doux et moins personnalisés. Les possibilités de mélanges sont grandes, puisque cet orgue dispose d’une quarantaine de jeux, plus un tremblant pour faire vibrer les sons, et d’un rossignol, jeu original imitant le chant d’un oiseau. La restauration en 1994, fut un travail délicat accompli par Pierre Vialle, facteur d’orgues du Gers, car l’orgue ayant subi des mises au goût du jour, notamment celle de Puget, en 1870, il a fallu retrouver le ton initial (un ton plus bas que le la 440) et l’harmonie du XVIIIe, des tuyaux d’étain attaqués par la lèpre.


©XXXXXXXXX

Historique

Orgue de la collégiale Saint-Martin

P. de Montbrun (1742)
J.F. Lépine (1772)
Restauré par P. Vialle (1994)

3 claviers et 38 jeux


Les travaux de restauration des orgues de la Collégiale Saint-Martin de Limoux en 1994, classées Monuments Historiques, ont été l’occasion de retrouver une partie de leur histoire. Les reconstructions de celles-ci de 1740 à 1743 par Pierre de Montbrun et de 1767 à 1772 par Jean François Lépine ont été redécouvertes et l’instrument a été restauré suivant l’esthétique du XVIIIe siècle, à la manière du dernier, Lépine. Des documents conservés aux Archives Départementales prouvent qu’il existait déjà un orgue au XVIe siècle, certes réduit, mais joué régulièrement aux offices puisque nécessitant un contrat d’engagement d’un organiste en bonne et due forme en l’an 1553. Des documents rares jusqu’au XVIIIe siècle, mais signifiants continuent par la suite de raconter partiellement l’histoire de cet orgue, obligeant parfois à en imaginer les phases cachées.


Source : http://amisorguelimoux.e-monsite.com

Composition

Orgue de la collégiale Saint-Martin

3 claviers et 38 jeux

Grand Orgue
16 jeux (50 touches)

Bourdon 16
Montre 8
Bourdon 8
Prestant 4
Flûte 4
Doublette 2
Quarte 2
Nazard
Tierce
Cornet 5 rangs
Fourniture 4 rangs
Cymbale 4 rangs
Voix Humaine
Trompette 8
Clairon 4
Basson 8 (XIXe)


Positif de dos
13 jeux de 50 touches

Bourdon 8
Flûte 8 dessus
Prestant 4
Doublette 2
Quarte
Nazard
Tierce
Larigot
Cornet 3 rangs
Fourniture 3 rangs
Cymbale 3 rangs
Cromorne
Trompette


Pédale
6 jeux de 29 touches

Bourdon 16
Flûte 8
Flûte 4
Bombarde 16
Trompette 8
Clairon 4


Récit
3 jeux ½ clavier (29 touches)

Cornet 5 rangs
Trompette
Hautbois


Rossignol
Tremblant Tir. GO
Acc Pos/GO (tiroir)
Tempérament Lambert Chaumont La à 15° à 392 Hz (en Sib)
Pédalier à l’allemande