Gers

Présentation

Grand Orgue de l’église Saint-Gervais Saint-Protais (Lectoure)

Auguste Phébade (1838-1843)
Restauration : Pierre Vialle (1987)


3 claviers et 36 registres

Contemporain et du même facteur que celui de Condom (Auguste Phébade), l’orgue de Saint-Gervais est un instrument post-classique encore empreint du style du XVIIIe siècle avec des apports pré-romantiques de Jules Magen.

Sa partie instrumentale a été classée Monument Historique en 1976.

Extrait du Guide 30 orgues dans le Gers - 2008, réalisé par l’Adda 32 et la Conservation du patrimoine et des musées du Gers.
Textes J.P. Gipon


JPEG - 57.3 ko
© Claire Batreau-Tardivel

Historique

Grand Orgue de l’église Saint-Gervais Saint-Protais (Lectoure)

Auguste Phébade (1838-1843)
Restauration : Pierre Vialle (1987)


3 claviers et 36 registres

Auguste Phébade, parfaitement contemporain d’Aristide Cavaillé-Coll et Jules Magen, construit pour l’ancienne cathédrale de Lectoure, un orgue classique à l’instar de ceux qu’il fit pour Condom et Saint-Martory. L’esthétique romantique, bien installée et portée par tous ses collègues, le met en mauvaise situation et la fabrique fait appel à Jules Magen pour remédier à la situation.

Celui-ci, comme quelques années plus tard à Lombez, propose un orgue romantique avec conservation de la partie classique. Il reconstruit pour ce faire les sommiers du grand orgue équipés d’une 2e laye pour l’appel d’anches, deux sommiers de pédale neufs pour les fonds, deux autres sommiers pour les anches, menant l’étendue de 18 à 20 notes, ajoutant à la composition 8 et 4 les 16, Bombarde pour les anches, Flûte 16 pour les fonds. L’incontournable Récit expressif prend place derrière la grande tourelle du grand orgue. Pour alimenter ce nouvel ensemble, une imposante soufflerie est installée dans le soubassement de telle manière à ce que la mécanique qui doit animer le Positif de dos n’y trouve pas sa place et reste muet.

En 1894, Victor Magen entretient et révise l’harmonie. Et en 1962, Paul-Marie Koenig installe un sommier en contreplaqué à la place du seul sommier de Phébade au positif et un autre sur la passerelle arrière pour compléter la pédale à 30 notes. Ces sommiers à traction électrique sont garnis de tuyaux récupérés y compris dans l’orgue, semant une certaine confusion.

Alain Leclère fait un premier travail de remise en marche d’un instrument à bout de souffle, mais hélas il meurt prématurément en janvier 1987. C’est cette année-là que Pierre Vialle commence la restauration. Le sommier du Positif de Phébade, qui avait été conservé par un particulier, retrouve sa place. Les tuyaux manquants ont été refaits, la mécanique a pu être reconstruite après avoir déposé des pompes. Deux sommiers supplémentaires ont été reconstruits pour mener la pédale de Magen de 20 notes à 30 notes en mécanique, portant ainsi le nombre de sommiers de pédale à 6.

Texte de Pierre Vialle

Composition

Grand Orgue de l’église Saint-Gervais Saint-Protais (Lectoure)

3 claviers et 36 registres

Positif
54 notes de Ut1 à Fa5


Bourdon 8
Montre 4
Flûte 4
Nasard 2 2/3
Doublette 2
Tierce 1 3/5
Larigot 1 1/3
Cymbale IV rangs
Trompette 8
Cromorne 8

Grand Orgue
54 notes de Ut1 à Fa5


Bourdon 16
Montre 8
Bourdon 8
Grosse Flûte 8
Flûte 8
Prestant 4
Doublette 2
Cornet V rangs
Fourniture V rangs
Cymbale IV rangs
Trompette 8
Clairon 4

Récit expressif
42 notes de Ut2 à Fa5


Flûte 8
Gambe 8
Voix Céleste 8
Flûte Octaviante 4
Octavin 2
Trompette harm. 8
Voix Humaine 16
Hautbois 8

Pédalier
30 notes de Ut1 à Fa3


Flûte 16
Flûte 8
Flûte 4
Bombarde 16
Trompette 8
Clairon 4

Pédales de combinaisons

Accouplement Réc. / G.O. - Accouplement Pos. / G.O.
Tirasse G.O. - Tirasse Pos.
Anches G.O. - Anches Pédale
Trémolo
Expression à cuillère

Diapason La 440 (Mesuré à 439)
Tempérament égal