Gers

Présentation

Grand Orgue de la cathédrale Sainte-Marie (Lombez)

Guillaume Monturus (1780 -1782) à partir de l’instrument de Pierre de Montbrun (1743)

3 claviers et 33 registres

C’est l’un des trois instruments (avec Auch et Gimont) de l’ancien régime. Lombez était un évêché au XVIIIe siècle, ce qui explique sans doute l’importance de cet orgue pour cette petite ville.

La partie instrumentale est classée Monument Historique depuis 1976 et le buffet depuis 1980.

Extrait du Guide 30 orgues dans le Gers - 2008, réalisé par l’Adda 32 et la Conservation du patrimoine et des musées du Gers.
Texte J.P. Gipon


JPEG - 50.7 ko
© Claire Batreau-Tardivel

Retrouvez toute l’actualité des Amis de l’Orgue de Lombez et de Samatan ici !

Historique

Grand Orgue de la cathédrale Sainte-Marie (Lombez)

Guillaume Monturus (1780 -1782)

3 claviers et 33 registres

Guillaume Monturus (1780 -1782) à partir de Pierre de Montbrun (1743) qui construit sur une tribune au fond de la nef des fidèles que Guillaume Monturus reconstruit une tribune contemporaine au fond de la nef des moines.

Jules Magen, comme à l’ancienne cathédrale de Lectoure, cherche à satisfaire les nouvelles exigences des orgues fin XIXe siècle, tout en reconduisant presque toute la tuyauterie du XVIIIe siècle. Pour ce faire, comme à Lectoure, il est obligé de faire à neuf les sommiers du grand orgue, de pédale et du récit, pour installer les appels d’anche et pour augmenter le nombre de notes et donc de gravures. Le sommier du positif en deux parties reste d’origine et malgré cela, il réussit à trouver un système pour l’appel d’anches qui agit sur le tirage des jeux. L’instrument étant assez important, il installe une « machine Baker ». Comme à son habitude, Jules Magen propose une amélioration du système pour avoir une meilleure maîtrise du toucher. Mais l’option de garder l’orgue en l’état n’a pas été retenue, le devenir du matériel Jules Magen n’a pas été pensé et les années de négligence, d’humidité et maintenant le pillage, vont faire disparaître un orgue « néo-classique » précédant de plus de 40 ans.

C’est bien parce que Jules Magen avait conservé la tuyauterie que l’option de retour à l’orgue du XVIIIe siècle de Monturus a été possible. En 1990-1991, Pierre Vialle reconstruisit l’orgue de Monturus. Un sommier de basses du grand orgue en ruine donnait les indications de vue de coupe et un autre sommier à gravures intercalées grand orgue et récit, qui servait d’estrade dans le chœur, a été brulé lors d’un grand ménage dans les années 1970. L’épure de la mécanique sur le mur arrière donnait de précieuses indications. Un sommier de pédale, signé Lavergue 1780, a été offert pour l’occasion par un collectionneur qui en avait fait l’acquisition.

Texte de Pierre Vialle

Retrouvez toute l’actualité des Amis de l’Orgue de Lombez et de Samatan ici !

Composition

Grand Orgue de la cathédrale Sainte-Marie (Lombez)

3 claviers et 33 registres

Positif de dos
50 notes de Ut1 à Ré5 (sans 1er Ut#)


Bourdon 8
Flûte allemande 8
Prestant 4
Nazard 2 2/3
Doublette 2
Tierce 1 3/5
Cornet III rangs
Fourniture III rangs
Cymbale II rangs
Trompette 8
Cromorne 8
Clairon 4

Grand Orgue
50 notes de Ut1 à Ré5 (sans 1er Ut#)


Bourdon 16
Montre 8
Bourdon 8
Prestant 4
Nazard 2 2/3
Doublette 2
Tierce 1 3/5
Cornet V rangs
Fourniture IV rangs*
Cymbale III rangs
1ère Trompette 8
2e Trompette 8
Clairon 4
Voix Humaine 8

Récit
32 notes de Sol2 à Ré5


Flûte allemande 8
Cornet V rangs
Hautbois 8

Pédalier
26 notes de Ut1 à Ré3 (sans 1er Ut#)


Flûte 8
Flûte 4
Trompette 8
Clairon 4

NB :
*1er Ut III rangs, 2e Sol IV rangs

Pédales de combinaisons

Accouplement Pos. / G.O. à tiroir
Tremblant doux

Diapason La 392
Tempérament inégal (4 tierces pures : do-mi, Ré-fa#, fa-la, sol-si)


Retrouvez toute l’actualité des Amis de l’Orgue de Lombez et de Samatan ici !