Haute-Garonne

Présentation

Aristide Cavaillé-Coll (1857)
Victor et Georges Magen (1884)

"Béthines Les Orgues" (Jean-Baptiste Boisseau et Jean-Marie Gaborit) (2005)

2 claviers et 20 registres

L’orgue est classé Monument Historique pour sa partie instrumentale en 1993. L’orgue de Castelnau d’Estrétefonds appartenait au Carmel de Bagnères-de-Bigorre avant que celui-ci ferme et revende son mobilier. C’est une commerçante de Castelnau d’Estrétefonds qui s’en porta acquéreuse et en fit généreusement don à la paroisse Saint-Martin de Castelnau d’Estrétefonds, en mémoire de son époux et son fils décédées.



Retrouvez toute l’actualité de l’orgue de Castelnau d’Estrétefonds ici !

Historique

Grand Orgue de l’église Saint-Martin (Castelnau d’Estrétefonds)

Aristide Cavaillé-Coll (1857)
Victor et Georges Magen (1884)

"Béthines Les Orgues" (Jean-Baptiste Boisseau et Jean-Marie Gaborit) (2005)

2 claviers et 20 registres

L’orgue de Castelnau d’Estrétefonds a été construit pour le Carmel de Bagnères de Bigorre (Hautes-Pyrénées) où l’orgue fut réceptionné le 1er janvier 1857. Il est l’opus 113 d’Aristide Cavaillé-Coll. Il fut joué à plusieurs reprises par le Père Hermann, carme, ancien élève de Franz Liszt. L’instrument était alors entretenu par Jules Magen, facteur d’orgues à Agen.

En 1883, le Carmel de Bagnères-de-Bigorre ferme et son mobilier est vendu. Une commerçante de Castelnau d’Estrétefonds, Mme Marguerite Raynaud, veuve Montès, s’en porte acquéreuse pour la somme de 15.000 francs, et en fait généreusement don à la paroisse Saint-Martin de Castelnau d’Estrétefonds, en mémoire de son époux et de son fils Joseph, décédés.

L’orgue y fut remonté par Victor et Georges Magen, qui étaient également aux claviers lors de sa réinauguration en janvier 1884. Lors de ce remontage le buffet fut légèrement augmenté, pour l’adapter à sa nouvelle situation, par l’apport de douze tuyaux de façade


La disposition de l’orgue est assez singulière : un important clavier de Récit expressif de 14 jeux parle au premier clavier, alors qu’un Grand Orgue beaucoup plus modeste de 6 jeux parle au second. L’instrument est complété d’une pédale en tirasse seule. Notons enfin que la disposition du Plein jeu est identique à celle de l’orgue de Grenade-sur-Garonne, également construit par Aristide Cavaillé-Coll en 1857. Ce plein jeu est un précurseur des Carillons de la période symphonique de Cavaillé. Il comporte trois rangs de tuyaux (1’ 3/5, 1’ 1/3, 1’), sans reprise, sur toute l’étendue du clavier. L’instrument a été restauré en 2005 par la SARL "Béthines Les Orgues" de Jean-Baptiste Boisseau et Jean-Marie Gaborit, et a été inauguré par Stéphane Bois.

Texte et photo : Jean-Claude Guidarini

Retrouvez toute l’actualité de l’orgue de Castelnau d’Estrétefonds ici !

Composition

Grand Orgue de l’église Saint-Martin (Castelnau d’Estrétefonds)

2 claviers et 20 registres

Récit expressif
54 notes de Do1 à Fa5


Quintaton 16’
Flûte harmonique 8’
Bourdon 8’
Viola di Gamba 8’
Salicional 8’ (aujourd’hui Voix céleste) *
Dulciane 4’ *
Flûte octaviante 4’
Octavin 2’ *
Plein jeu 3 rangs *
Bombarde 8’-16’ *
Trompette 8’ *
Basson-Hautbois 8’
Voix humaine 8’
Clairon 4’ *

Grand Orgue
54 notes de Do1 à Fa5


Montre 8’
Gambe 8’
Flûte harmonique 8’
Bourdon 8’
Prestant 4’
Trompette 8’

Pédalier
20 notes de Do1 à Sol2


Sans jeu indépendant

Pédales de combinaisons

Tirasse Réc.
Tirasse G.O.
Appel Anches Réc. : Basses – Ensemble – Dessus
Appel Trompette G.O.
Renvoi Trompette G.O.
G.O. / Réc.
Octaves graves Réc.
Trémolo Réc.
Expression Réc.

Machine Barker au Récit
Mécanique à balanciers
Console retournée


Retrouvez toute l’actualité de l’orgue de Castelnau d’Estrétefonds ici !