Haute-Garonne

Historique

Grand Orgue de l’église Notre-Dame de l’Assomption (Fronton)

Bertrand Feuga (1852)

2 claviers et 14 registres

L’orgue de l’église Notre-Dame de l’Assomption à Fronton est dû à la Manufacture d’orgues de Bertrand Feuga à Toulouse, dont Frédéric Jungk était le directeur artistique. L’instrument est béni le 28 mars 1852 par Monseigneur Mioland, archevêque de Toulouse.
L’orgue sera régulièrement entretenu jusqu’en 1891 ; d’abord par la manufacture Feuga jusqu’en 1856 puis par Frédéric Jungk jusqu’en 1862. L’entretien sera ensuite assuré par Émile Poirier jusqu’en 1883, puis par Eugène Puget de 1883 à 1891.
En 1905, un état des lieux effectué à l’occasion de la promulgation de la loi de séparation de l’Église et de l’État déclare l’instrument injouable.
L’instrument sera ensuite entretenu par Maurice Puget, de 1938 à 1952 qui effectuera un relevage en 1944.

Composition

Grand Orgue de l’église Notre-Dame de l’Assomption (Fronton)

2 claviers et 14 registres

Grand Orgue
54 notes


Montre 8’
Bourdon 8’
Salicional 8’
Prestant 4’
Octavin 2’
Plein-jeu III
Trompette 8’
Clairon 4’

Récit expressif
37 notes


Flûte harmonique 8’
Flûte douce 8’
Flûte octaviante 4’
Sesquialtera II
Basson-Hautbois 8’
Euphone 8’

Pédalier
18 notes


En tirasse du G.O.

Pédales de combinaisons

Tirasse G.O.
Copula Réc. / G.O.
Trémolo Réc.
Expression Réc.

Mécanique à balanciers
Console en fenêtre à l’arrière de l’orgue