Haute-Garonne

Présentation

Grand Orgue de l’église Notre-Dame de l’Assomption (Grenade-sur-Garonne)

Aristide Cavaillé-Coll (1857)
Jules Magen (1867)
Restauration : Charles Sarélot et Patrice Bellet (2011)


3 claviers et 34 registres

L’orgue de Grenade-sur-Garonne a été construit par le célèbre Aristide Cavaillé-Coll (1857) et complété par Jules Magen en 1867. L’instrument, est cependant très différent de son cousin de la basilique Saint-Sernin de Toulouse, même si il a été construit par le même facteur. Ce dernier, d’esthétique symphonique, est caractéristique de la dernière période de Cavaillé-Coll.

Les sonorités douces de l’orgue de Grenade sont caractéristiques du style romantique et sont parfaites pour la musique de la fin du XVIIIe siècle à 1860. L’orgue de Grenade, classé monument historique pour la partie instrumentale, vient d’être restauré par Charles Sarélot (Manufacture Languedocienne de Grandes Orgues), assisté de Patrice Bellet pour l’harmonisation.

Historique

Grand Orgue de l’église Notre-Dame de l’Assomption (Grenade-sur-Garonne)

Aristide Cavaillé-Coll (1857)
Jules Magen (1867)
Restauration : Charles Sarélot et Patrice Bellet (2011)


3 claviers et 34 registres

L’orgue de l’église Notre-Dame de l’Assomption de Grenade-sur-Garonne a été construit par Aristide Cavaillé Coll en 1857.

Le chantier fut sous-traité par Jules Magen. On sait bien que Cavaillé-Coll lui a d’ailleurs confié plusieurs chantiers en sous-traitance. La tuyauterie a été réalisée par Poirier et Lieberknecht. En effet, un tuyau de la façade est signé par Emile Poirier : "E. Poirier fecit 1856". On peut rapprocher cette tuyauterie de celles des orgues de la Daurade à Toulouse. Ceci s’explique par le fait que ces facteurs avaient été engagés par Magen en 1857.

Cet orgue, conçu dans la première période du célèbre facteur, garde encore certaines caractéristiques de l’orgue classique français. Les mutations (nasards, tierces) restent fréquentes, les plein-jeux sont composés en fourniture et cymbales, la tuyauterie encore coupée au ton comme dans les orgues de Cliquot ou d’Isnard. Le récit expressif existe mais il est souvent incomplet dans le grave, comme c’est le cas à Grenade-sur-Garonne. De la première période créative de Cavaillé-Coll, outre les orgues de Saint-Denis et de Grenade, on peut citer ceux de Perpignan, Saint-Roch à Paris, Luçon, Lunel. .. En 1867, Jules Magen met en place les 8 jeux du Positif de dos dont la place avait été prévue par Cavaillé-Coll. Puget effectue un relevage en 1928.Paul Manuel et Patrice Bellet en 1975-1976. Cet orgue, a eu la chance : de ne subir aucune transformation, si ce n’est l’adjonction d’un ventilateur électrique.

L’inauguration de cette restauration a été faite par Xavier Darasse le 8 Mai 1976.

En janvier 2011, un 3e relevage est effectué. Les travaux de restauration sont confiés à la manufacture languedocienne des grands orgues Facteur d’orgue Charles Serélot.

L’orgue de Grenade est reconnu depuis de nombreuses années comme l’un des plus beaux orgues romantiques de Midi Pyrénées. C’est le 2e instrument réalisé par Aristide Cavaillé Coll dans la région. Son harmonisation est remarquable, il sonne merveilleusement bien.

Texte de M. Baron

Composition

Grand Orgue de l’église Notre-Dame de l’Assomption (Grenade-sur-Garonne)

3 claviers et 34 registres

Grand Orgue
54 notes


Montre 16’
Bourdon 16’
Montre 8’
Flûte harmonique 8’
Salicional 8’
Bourdon 8’
Prestant 4’
Octave 4’
Quinte 22/3’
Doublette 2’
Plein jeu III
Bombarde 16’
Trompette 8’
Clairon 4’

Positif de dos
54 notes


Flûte harmonique 8’
Viole de Gambe 8’
Flûte douce 8’
Unda Maris 8’
Dulcian 4’
Euphone 8’
Trompette 8’
Basson 8’

Récit expressif
42 notes


Flûte harmonique 8’
Viole de Gambe 8’
Voix céleste 8’
Flûte ouverte 4’
Octavin 2’
Trompette 8’
Cor anglais-Hautbois 8’
Voix humaine 8’

Pédalier
25 notes


Soubasse 16’
Flûte 8’
Trompette 8’
Clairon 4’

Pédale de combinaisons

Tirasse G.O.
Anches pédale - Anches G.O. - Anches Réc.
Trompette 8’ Orage -Réc. / G.O., Pos / G.O.
Trémolo

Expression récit à cuillère