Lot

Présentation

Grand Orgue de la cathédrale Saint-Étienne (Cahors)

Jean-Baptiste Stoltz (1863 & 1878)
Maurice Puget (1928 & 1953), Léopold Trosseilles, entre 1939 et 1945
Restauration Gérald Guillemin (1993)

3 claviers et 41 registres

Le premier orgue de la cathédrale Saint-Étienne a été construit entre 1713 et 1714 par le facteur d’orgue François Lespine. Pendant plus de 100 ans, il a subit des dégradations dues au temps et la Révolution. Seul le buffet de l’époque de Lespine nous est resté. Et en 1858, Stoltz construit un instrument neuf. En 1984, l’instrument était devenu injouable. Sa situation était complexe car il fallait tenir compte de la découverte d’une fresque du XIVe siècle à la place du buffet. L’instrument fut restauré en 1993.
Classé Monument Historique le 20 février 1979 pour la « partie instrumentale de l’orgue, construite par Stoltz, milieu du XIXe siècle ».



> Retrouvez toute l’actualité de l’Association des Amis de l’Orgue de la Cathédrale de Cahors ici et pour découvrir les sonorités de l’instrument, c’est par ici

Historique

Grand Orgue de la cathédrale Saint-Étienne (Cahors)

Jean-Baptiste Stoltz (1863 & 1878)
Maurice Puget (1928 & 1953), Léopold Trosseilles, entre 1939 et 1945
Restauration Gérald Guillemin (1993)

3 claviers et 41 registres

Si la présence d’un orgue est attestée à Gourdon en 1405, il nous faut attendre 1712 pour trouver des renseignements précis sur celle d’un orgue dans la cathédrale Saint-Étienne de Cahors. Il s’agit de l’instrument construit entre 1713 et 1714 par le facteur François Lespine, selon les spécifications de son devis du 26 avril 1712.


L’instrument comportait quatre claviers et nous en connaissons sa composition en détail :

Positif (48 notes) : Bourdon 8’, Montre 4’, Nazard 2’ 2/3, Doublette 2’, Quarte 2’, Tierce 1’ 3/5, Larigot 1’ 1/3, Fourniture III, Cymbale II, Cromorne 8’

Grand Orgue (48 notes) : Bourdon 16’, Montre 8’, Bourdon 8’, Prestant 4’, Flûte 4’, Grosse tierce 3’ 1/5, Nazard 2’ 2/3 (ouvert), Nazard 2’ 2/3 (à cheminée), Doublette 2’, Quarte 2’, Tierce 1’ 3/5, Fourniture IV, Cymbale III, Grand cornet V, Trompette 8’, Clairon 4’, Voix humaine 8’

Récit (25 notes) : Cornet V, Trompette 8’



Écho (37 notes) : Bourdon 8’, Prestant 4’, Nazard 2’ 2/3, Doublette 2’, Tierce 1’ 3/5, Cromorne 8’



Pédale (30 notes : La0 à Ré3) : Flûte 8’, Trompette 8’



Tremblant doux, Tremblant fort, Tirasse G.O.


Il était précisé que le Cornet de Récit devait être « plus délicat » que celui du Grand Orgue, et que les Pleins-jeux sont à « reprises ordinaires ». De cette époque, seul nous est resté son magnifique buffet sculpté dans le noyer.
On a peu d’information sur le devenir de l’orgue pendant les cent ans qui suivirent, on peut penser qu’il subit les dégradations dues au temps et à la révolution : en 1838, les Frères Claude firent un grand relevage pour 9.000 francs.
En 1849, l’orgue est restauré par Théodore Puget.
En 1858, Jean-Baptiste Stoltz propose un devis pour un orgue neuf à installer dans le buffet ancien. Au moment de la commande, en juillet 1850, Stolz refit son devis, l’orgue commandé devant être un peu plus grand. L’instrument fût réceptionné par Auguste Durand, organiste de l’église Saint-Vincent de Paul à Paris, le 31 décembre 1863. Le rapport d’expertise précise que l’orgue est parfaitement conforme au devis :

Grand Orgue (54 notes) : Montre 16’, Bourdon 16’, Montre 8’, Salicional 8’, Violoncelle 8’, Grosse flûte 8’, Bourdon 8’, Prestant 4’, Doublette 2’
Plein jeu V, Cornet V, Bombarde 16’, 1ère Trompette 8’

2e Trompette 8’, Clairon 4’


Positif (54 notes) : Bourdon 16’, Flûte 8’, Bourdon 8’, Kéraulophone 8’, Viole de gambe 8’, Flûte 4’, Violoncelle 4’, Doublette 2’, Plein jeu III, Trompette 8’, Cromorne 8’, Clairon 4’

Récit (54 notes) : Flûte harmonique 8’, Bourdon 8’, Gambe 8’, Voix céleste 8’, Flûte octaviante 4’, Octavin 2’, Cor anglais 16’, Trompette 8’, Basson hautbois 8’, Voix humaine 8’

Pédale (30 notes) : Contrebasse 16’, Soubasse 16’, Basse 8’, Soubasse 8’, Bombarde 16’, Basson 16’, Trompette 8’, Clairon 4’

Tirasse G.O. – Appels d’anches Péd., G.O., Pos., Réc. – Pos. / G.O., Réc. / G.O., Réc. /Pos. - Trémolo Récit - Expression Récit

Traction mécanique avec machine Barker, tirage des jeux pneumatiques à commande mécanique (soufflets face aux de têtes de registres).


Pour pouvoir loger l’instrument, le buffet est élargi alors que sa partie arrière est prolongée jusqu’au mur de la façade ouest. Cet orgue a toujours été considéré comme une des plus belles réalisations de Stoltz.

En 1878, Stoltz effectue un relevage et améliore la sonorité jugée un peu insuffisante. Il fit une intervention qui permit d’obtenir « une sonorité double de ce qu’elle était » !
L’instrument sera restauré en 1922 par Maurice Puget qui installera un ventilateur électrique en 1936. Entre 1939 et 1945, Léopold Trosseilles supprime la machine Barker et électrifie tout l’instrument. Il reconstruit entièrement la pédale en système « unit », emprunte à la pédale les plus grands tuyaux du Grand Orgue (Bourdon et Bombarde), supprimant ainsi des anciens jeux de pédale à laquelle il donne pourtant une composition plus importante avec moins de tuyaux (emprunts et extensions).

En 1984 l’orgue était devenu injouable. Sa situation était alors complexe, car il fallait tenir compte de la découverte de fresques du XIVe siècle masquées par le buffet qui obstruait également la rosace au-dessus du portail. Le retour au buffet de Lespine fut décidé en palliant le manque de volume disponible par le placement du soufflet dans une pièce annexe, par la création d’un Positif de dos et la mise en place d’un buffet arrière de style contemporain. L’orgue restauré fut inauguré en 1993. En 2001, quelques travaux complémentaires sont effectués pour améliorer l’isolation du buffet arrière.

JPEG - 54.5 ko
Buffet arrière

> Retrouvez toute l’actualité de l’Association des Amis de l’Orgue de la Cathédrale de Cahors ici et pour découvrir les sonorités de l’instrument, c’est par ici

Composition

Grand Orgue de la cathédrale Saint-Étienne (Cahors)

3 claviers et 41 registres

Positif de dos
54 notes de Do1 à Fa5

Flûte 8’
Bourdon 8’
Montre 4’
Flûte 4’
Nasard 2’ 2/3’
Doublette 2’
Tierce 1’ 3/5
Plein jeu V
Trompette 8’
Cromorne 8’

Grand orgue
54 notes de Do1 à Fa5

Montre 16’

Bourdon 16’

Montre 8’

Bourdon 8’

Salicional 8’

Violoncelle 8’
Grosse flûte 8’
Prestant 4’

Doublette 2’

Plein jeu V

Bombarde 16’
1ère Trompette 8’
2e Trompette 8’
Clairon 4’

Récit expressif
54 notes de Do1 à Fa5

Flûte harmonique 8’

Bourdon 8’

Gambe 8’

Voix Céleste 8’
Flûte octaviante 4’

Octavin 2’

Basson 16’

Trompette 8’

Basson-hautbois 8’

Voix Humaine 8’



Pédalier
30 notes de Do1 à Fa3

Grosse Flûte 16’
Basse 8’

Flûte 4’

Bombarde 16’

Basson 16’
Trompette 8’
Clairon 4’

Pédales de combinaisons

Tirasses G.O. et Réc.
Appel Anches Péd., G.O., Récit 

Appel Grand Orgue,
Accouplements Pos. / G.O., Réc. / G.O.
Expression

Trémolo Réc.


La = 435 Hz


> Retrouvez toute l’actualité de l’Association des Amis de l’Orgue de la Cathédrale de Cahors ici et pour découvrir les sonorités de l’instrument, c’est par ici