Toulouse

Présentation

Grand Orgue de l’église-musée des Augustins (Toulouse)

Jürgen Ahrend (1981)

3 claviers et 30 registres

Sous l’impulsion de Xavier Darasse, avec la complicité de Denis Milhau (à l’époque Conservateur du musée des Augustins), et le soutien de la Ville de Toulouse, naît l’idée d’un nouvel orgue dans l’église du Musée.

Après moult péripéties, on fit appel au facteur allemand Jürgen Ahrend pour créer un orgue s’inspirant des instruments baroques de l’Allemagne du Nord. Le buffet en chêne orné de volets peints selon une tradition des XVIe et XVIIe siècles, est placé sur une tribune spécialement aménagée, et a été décoré par Pierre Belin.

Cet orgue, racé et lumineux, se distingue par un son pur et cristallin, et une esthétique très polyphonique malgré la grande acoustique de l’église. Il se veut l’interprète idéal des œuvres des compositeurs allemands du XVIIe et XVIIIe siècles (tels que Dietrich Buxtehude, Heinrich Scheidemann, Jean-Sébastien Bach…). Son harmonisation, particulièrement remarquable, permet également d’aborder avec succès de nombreux autres répertoires, qu’ils soient baroques ou… contemporains.

JPEG - 60.8 ko
© Luc Casagrande

Visiter le site du Musée des Augustins : lien

Historique

Grand Orgue de l’église-musée des Augustins (Toulouse)

Jürgen Ahrend (1981)

3 claviers et 30 registres

La première mention d’un orgue dans l’église du couvent des Ermites de Saint Augustin de Toulouse remonte à l’année 1504. Un deuxième orgue était installé dans la chapelle Notre-Dame de Pitié. Au XVIIIe siècle, l’orgue de l’église est en très mauvais état, « aussi usé qu’antique ». En 1766, on réceptionne des travaux dus au facteur Grégoire Rabiny, installé à Toulouse, mais né en Allemagne.

Quand arrive la tourmente révolutionnaire, l’instrument est à nouveau mal en point. Transformée en « Museum du Midi de la République » par décret du 27 août 1795, l’église ne semble plus contenir d’orgue digne d’intérêt lorsque Jean-Baptiste Micot, facteur d’orgues, Jacques Belin, menuisier et François Cammas, architecte, effectuent leur « inventaire et estimation des buffets d’orgues appartenant à la République », le 14 juin 1796, à la demande de l’Administration Municipale de la Commune de Toulouse.

Il faudra attendre les années 1970 pour voir germer l’idée d’un nouvel orgue dans l’église du musée, sous l’impulsion de Xavier Darasse avec la complicité de Denis Milhau, Conservateur du Musée, et le soutien de la Ville de Toulouse.

On fit appel au facteur allemand Jürgen Ahrend pour créer un orgue s’inspirant des instruments baroques de l’Allemagne du Nord. Le buffet en chêne orné de volets peints, selon une tradition des XVIe et XVIIe siècles, est placé sur une tribune spécialement aménagée, et a été décoré par Pierre Belin.

Cet instrument se veut l’interprète idéal des œuvres de compositeurs tels que Dietrich Buxtehude, Franz Tunder, Heinrich Scheidemann, etc. mais aussi de l’œuvre d’orgue de Jean-Sébastien Bach. Son harmonisation, particulièrement remarquable, permet également d’aborder avec succès de nombreux autres répertoires, qu’ils soient baroques ou… contemporains.

Composition

Grand Orgue de l’église-musée des Augustins (Toulouse)

3 claviers et 30 registres

Rückpositiv
54 notes

Praestant 8’
Gedackt 8’
Oktave 4’
Rohrflöte 4’
Oktave 2’
Waldflöte 2’
Sesquialtera II
Scharf IV
Dulzian 8’

Hauptwerk
54 notes

Praestant 16’
Praestant 8’
Hohlflöte 8’
Oktave 4’
Splitzflöte 4’
Quinte 3’
Oktave 2’
Mixtur IV-VI
Dulzian 16’
Trompete 8’

Brustwerk
54 notes

Holzgedackt 8’
Holzflöte 4’
Blockflöte 2’
Terz 4/5’ - 1 3/5’
Quinte 1 1/3’
Regal 8’

Pedale
30 notes

Praestant 16’
Subbass 16’
Oktave 8’
Oktave 4’
Mixtur IV