Toulouse

Présentation

Grand Orgue de l’Église Notre-Dame la Dalbade

Prosper Moitessier (1850)
Eugène Puget (1888)
Restauration Gérard Bancells et Denis Lacorre (2009)


L’orgue de la basilique Notre-Dame la Dalbade a été construit presque en même temps que l’orgue Cavaillé-Coll de la basilique Saint-Sernin, ce qui nous permet aujourd’hui d’apprécier les différences de conception et d’esthétique sonore entre le célèbre facteur parisien et les ateliers toulousains des Puget. Reprenant une partie d’un orgue signé Moitessier, Eugène Puget cherche à se surpasser en dotant l’orgue de la Dalbade de tous les perfectionnements possibles : pédale électrique, double boîte expressive, machine Barker à tous les claviers, aide à la registration...

Ces différents mécanismes servent surtout au confort de jeu de l’organiste qui trouve à la Dalbade un instrument d’une grande souplesse et d’une précision mécanique admirable. Sur un plan de la palette sonore, il possède évidemment toutes les couleurs typiques des orgues de cette époque (flûtes harmoniques, voix célestes, hautbois, ainsi que des anches libres reprises de Moitessier), quelques références implicites à l’orchestre symphonique (piccolo), mais se distingue par une puissance sonore propre, due à des trompettes particulièrement brillantes.

Il fut inauguré par Alfred Lefébure-Wély. Le grand orgue est classé Monument Historique pour sa partie instrumentale.

Historique

Grand Orgue de l’Église Notre-Dame la Dalbade

Avant la Révolution, la paroisse Notre-Dame la Dalbade possédait un orgue dont la description nous est donnée par Jean-Baptiste Micot dans son inventaire des orgues de Toulouse (1796) :

Positif (50 notes : Do1 – Ré5 sans Do#1) : Bd 8’, P 4’, Fl 4’, Nz 2’ 2/3, D 2’, Tc 1’ 3/5,
Lg 1’ 1/3, Fourn, Cymb, Cr 8’
Grand-Orgue (50 notes : Do1 – Ré5 sans Do#1) : Bd 16’, M 8’, Bd 8’, P 4’, GNz 5’ 1/3,
GTc 3’ 1/5, Nz 2’ 2/3, D 2’, QdNz 2’, Tc 1’ 3/5, Fourn, Cymb, Cn V, Tp 8’, VH 8’ , Cl 4’
Récit (27 notes : Do3 – Ré5) : Cn V, Tp 8’
Pédale (24 notes : Do1 – Do3 sans Do#1) : Fl 8’, Fl 4’, Tp 8’, Cl 4

« En tout 31 jeux de la plus parfaite harmonie.  »

On notera que l’auteur de l’orgue n’est autre que Jean-Baptiste Micot lui-même !
Le buffet de cet orgue ainsi qu’une partie de sa tuyauterie remaniée par Moitessier se trouve aujourd’hui dans l’église Saint-Jacques de Villegoudou à Castres (81).

En 1844, la Fabrique fit construire un porche monumental et souhaita se doter d’un nouvel instrument qu’elle fit placer dessus ; elle fit appel au facteur Prosper Moitessier (1805 – c.1869), établi à Montpellier. Il livra un grand 16 pieds en montre de 46 jeux répartis sur 3 claviers et pédale :

Positif (54 notes) : M 8’, Bd 8’, P 4’, Fl en bois 4’, D 2’, PJ VIII, Cn V, Tp 8’, Clarin. 8’, Euph. 8’, Cl 4’
Grand-Orgue (54 notes) : Fl 16’, Bd 16’, Fl 8’, Bd 8’, Sal 8’, P 4’, Q 3’, D 2’, PJ XII (faire passer PJ XII à la ligne), Cn V, Euph. 16’, Bb 16’, 1ère Tp 8’, 2ème Tp 8’, Cl 4’
Récit (42 notes) : Fl 8’, Viola di gamba 8’, Fl harm. 4’, Flageolet harm. 2’, Bariphone 16’, Tp 8’, Hb 8’, VH 8’
Pédale (25 notes) : Fl 16’, Fl 8’, Fl 4’, Bb 16’, Ophicléïde 8’, Cl 4’
Pédales de combinaisons : « Réunion des claviers du positif et récit au grand orgue, ainsi que des octaves graves et aiguës », Tir GO, Octaves graves Pos, Octaves aiguës Réc, « Appel du grand jeu », Pos/GO, Réc/GO, Trémolo Réc, Expression Réc

Le clavier de Grand-Orgue était doté d’un nouveau mécanisme dénommé « abrégé pneumatique », l’un des premiers sytèmes à transmission tubulaire connu.
L’instrument fut réceptionné et inauguré par Alfred Lefébure-Wély le 18 février 1850.

Les dysfonctionnements de l’instrument amenèrent la Fabrique à demander une reconstruction complète de l’orgue à Eugène Puget. Celui-ci venait de livrer avec grande satisfaction un orgue de chœur neuf de 12 jeux à 2 claviers et pédale en 1875. Eugène Puget réutilisa pour cela une grande partie de l’instrument de Moitessier, y compris le grand buffet privé de son Positif avec l’assentiment de l’architecte Henry Bach.
Il livra un instrument doté de tous les perfectionnements possibles avec 3 machines Barker, un tirage de jeux à moteurs pneumatique permettant une double registration, une pédale à traction électropneumatique et 2 vastes chambres expressives contenant 24 jeux, soit presque la moitié de l’instrument !

L’orgue fut béni par le Cardinal Desprez, archevêque de Toulouse et inauguré par Charles-Marie Widor, le 22 novembre 1888.

Endommagé par l’effondrement du clocher, le 11 avril 1926, il fut restauré par Maurice Puget qui y apporta quelques modifications et ré-inauguré par M. Ravigue, organiste titulaire, le 30 mars 1927. L’orgue fut ensuite relevé par Gérard Bancells entre 1982 et 1986.

Il vient d’être restauré dans son état d’origine par les facteurs Gérard Bancells et Denis Lacorre (seule la transmission électropneumatique de la Pédale n’a pas été reconstituée, 2 machines Barker ont été installées en substitution).

Malgré le réemploi d’une bonne partie de l’instrument de Moitessier, les transformations opérées par Eugène Puget sont telles que l’on peut affirmer qu’il s’agit bien d’une véritable création : le fond d’orgue est l’un des plus beaux que l’ont puisse imaginer, les rigoles d’anches de Moitessier conservées par Puget donnent une couleur tout à fait particulière au grand chœur.

Le Grand Orgue est classé Monument Historique pour sa partie instrumentale le 20 février 1979.

Composition

Grand Orgue de l’Église Notre-Dame la Dalbade

I - Grand-Orgue

56 notes
Montre 16’
Bourdon 16’
Montre 8’
Bourdon 8’
Flûte harmonique 8’
Viole de Gambe 8’
Salicional 8’
Prestant 4’
Quinte douce 3’
Doublette 2’
Piccolo 1’
Fourniture IV
Cymbale IV
Grand Cornet V
Bombarde 16’
1ère Trompette 8’
2ème Trompette 8’
Clairon 4’

II - Positif Expressif

56 notes
Bourdon-Quintaton 16’
Diapason 8’
Bourdon harmonique 8’
Violoncelle 8’
Unda Maris 8’
Dulciana 4’
Flûte douce 4’
Doublette 2’
Cornet-Carillon III
Baryphone 16’
Trompette 8’
Cromorne 8’
Clairon 4’

III - Récit expressif

56 notes
Flute harmonique 8’
Bourdon/Cor de nuit 8’
Viole de gambe 8’
Voix céleste 8’
Flûte octaviante 4’
Octavin harmonique 2’
Trompette harm. 8’
Basson-Hautbois 8’
Euphone 8’
Voix humaine 8’
Clairon 4’

Pédale

30 notes
Bourdon 32’
Contrebasse 16’
Soubasse 16’
Flûte ouverte 8’
Octave 4’
Bombarde 16’
Trompette 8’
Clairon 4’

Accessoires
Tonnerre
Tirasses : GO, Pos, Réc
Forte général
Anches : Péd, GO, Pos, Réc Expression Pos Expression Réc
Octaves graves : GO, Pos, Réc
Appel GO
Copulas : Pos/GO, Réc/GO, Réc/Pos Trémolo Pos Trémolo Réc