Toulouse

Introduction

Great organ of the Church of Saint-Exupère

Builders: Puget/Milacor (1842)
Gracien & Paulinier (1864-1868)
Poirier & Lieberknecht (1868-1870)
Eugène Puget (1885)
Jean-Baptiste Puget (1903)
Jean Daldosso (2009-2010)

The Church of Saint-Exupère is a parish church in the Baroque style in the old quarter of Saint-Michel, on the right bank of the Garonne River in Toulouse.
When it was built (1620 - 1623) it still went by the name of Saint-Joseph, affiliated to the Monastery of the Barefoot Carmelites (who followed the Order established by Saint Teresa of Avila, living as simply as possible and therefore without shoes). It was closed during the French Revolution and only “rehabilitated” in 1807, when it was renamed Saint-Exupère. The current organ is a remarkable instrument with its 27 stops spread over three 56-note keyboards and its pedal-board, making a total of about 1500 pipes. It was built in 1887 by the firm of Théodore Puget.

© Patrick Galibert

History (french)

Great organ of the Church of Saint-Exupère

En 1841, la Fabrique de Saint-Exupère décide d’acquérir un orgue et elle s’adresse à l’Entreprise Générale des Orgues Milacor et des Grandes Orgues d’Église à Paris, laquelle lui fait des offres avantageuses. Cette maison est représentée à Toulouse par les facteurs Théodore Puget et Jean Foch. C’est Théodore Puget qui installe l’orgue à fleur de tribune avec console à l’arrière. Il est inauguré en juin 1842. Puget s’engagera à jouer l’orgue gratuitement durant 6 ans.

En 1855, des réparations sont effectuées par le facteur albigeois Dubois. En 1858, les facteurs Poirier & Lieberknecht sont sollicités pour entretenir l’instrument. En 1864, il fut décidé de refaire la tribune qui menaçait de tomber en ruine. Un projet est présenté par Aristide Cavaillé-Coll pour un orgue de 26 jeux d’un coût de 26.000 francs, payables à réception. La Fabrique n’ayant pu obtenir de paiements échelonnés renonce alors à ce projet.

Le marché sera attribué aux facteurs Gracien & Paulinier qui proposent d’ajouter quatre jeux à la pédale et un au Grand-Orgue. L’orgue, inachevé, fut réceptionné en décembre 1866. Gracien décéda au cours de l’année 1868 et la Fabrique s’adressa à nouveau à Poirier & Lieberknecht pour terminer l’orgue. Les travaux sont réceptionnés le 2 juin 1870. Les facteurs ont modifié assez considérablement l’instrument.

I – Grand-Orgue (54 notes) : Bourdon 16’, Flûte 8’, Bourdon 8’, Salicional 8’, Prestant 4’, Doublette 2’, Plein-jeu 5 rangs, 1ère Trompette 8’, 2ème Trompette 8’, Clairon 4’
II – Récit expressif (54 notes) : Flûte Kerolophon [sic] 8’, Gambe 8’, Voix céleste 8’, Flûte octaviante 4’, Octavin 2’, Trompette 8’, Basson-Hautbois 8’, Voix humaine 8’
Pédale (20 notes) : 5 jeux dont Bourdon 16’, Flûte 8’, Basson 16’, Trompette 8’ ( ?) 7 pédales de combinaisons

En 1885, Eugène Puget reconstruit l’orgue en conservant une grande partie de la tuyauterie de Poirier. Il installe une mécanique neuve avec machine Barker pour le Grand-Orgue, ainsi qu’une console neuve à trois claviers. Le nouveau clavier d’Accompagnement fait parler un jeu de Clarinette et les jeux de fonds du clavier de Grand-Orgue, sur un sommier unique à gravures alternées. Il modifie considérablement la composition, repense l’alimentation, et harmonise l’ensemble du matériel sonore. L’orgue est inauguré le 25 avril 1886 par Joseph Berny, organiste titulaire.

De nouveaux travaux sont entrepris en 1903 par la Maison Puget, qui installe une transmission tubulaire au Récit, installe la Clarinette du clavier d’Accompagnement à la place de l’Octavin du Récit déplacé sur un sommier pneumatique et installe un Unda maris neuf sur la chape restée libre au premier clavier.

En 1934, Maurice Puget décale le Salicional en 4’, remplace l’Unda maris par un Nazard et la Bombarde du Grand-Orgue par une Tierce 1’3/5 (!). Les facteurs Louis-Eugène Rochesson, Paul Manuel (1981), et Dominique Leboucher (1984-85, relevage de l’orgue) entretiendront ensuite l’instrument.

Un nouveau relevage est effectué en 2009 et 2010 par Jean Daldosso. L’orgue retrouve alors la disposition que lui avait donnée Eugène Puget, à l’exception de la Bombarde disparue.


Texte de Jean-Claude Guidarini

Stoplist

Great organ of the Church of Saint-Exupère

I – Accompagnement
56 notes

Bourdon 16’ *
Montre 8’ *
Salicional 8’ *
Flûte harmonique 8’ *
Bourdon 8’ *
Prestant 4’ *
Clarinette 8’
* jeux empruntés au GO

II – Grand-Orgue
56 notes

Bourdon 16’
Montre 8’
Salicional 8’
Flûte harmonique 8’
Bourdon 8’
Prestant 4’
Doublette 2’
Plein jeu II-IV
Trompette harmonique 8’
Clairon 4’


III – Récit expressif
56 notes

Flûte harmonique 8’
Kéraulophone 8’
Viole de gambe 8’
Voix céleste 8’
Flûte octaviante 4’
Octavin 2’
Trompette 8’
Basson-Hautbois 8’
Voix humaine 8’
Clairon 4’


Pédale
27 notes

Contrebasse 16’
Flûte 8’
Bombarde 16’
Trompette 8’
Accessoires

Orage
Tirasses GO, Réc
Anches Péd, GO, Réc
Expression Réc
Appel GO
Réc/GO
Réc/Accompagnement
Octaves graves Réc
Trémolo Réc

Console retournée
Traction mécanique à balanciers, pneumatique pour le Récit
Machine Barker au Grand-Orgue