Et voguent les orgues

Le transport des orgues au XIXe siècle

Le Canal du Midi, qui relie Toulouse à la Méditerranée depuis le règne de Louis XIV, servit au transport du courrier, des marchandises et des personnes. Avant l’avènement du chemin de fer, les barques tirées par des chevaux sur les chemins de halages transportèrent également... des orgues. L’apogée de la facture d’orgue toulousaine correspond d’ailleurs aux années de trafic les plus intenses sur le canal.

Les deux grandes manufactures d’orgues toulousaines, Feuga-Jungk et Puget, qui jouissaient d’une renommée nationale, voire internationale, vendaient des instruments dans tout le pays. Pour transporter les orgues qui étaient ensuite assemblés sur place, les facteurs utilisaient des rouliers (charrette à cheval) et, si le trajet le permettait, la « Navigation Accélérée » sur le Canal du Midi.

Grâce à la navigation accélérée, mise en place dans les années 1830, les marchandises embarquées à Toulouse arrivaient à Sète en quatre jours, un record de vitesse.

Pour tenir ce rythme de 11 km/h, les bateaux partaient toutes les 24h, voyageaient de jour comme de nuit, avec des changements réguliers de chevaux et passaient en priorité aux écluses.